La saison estivale bat son plein. Alors que tout le monde (ou presque !) profite de ce temps d’arrêt, il est bon de se pencher sur ce qui constitue de bonnes vacances, du type qui recharge réellement les batteries.

Tout d’abord, quelques statistiques. Encore trop de gens négligent de prendre un congé. Certains ne prennent pas le temps, tandis que d’autres ne peuvent pas, malheureusement. Lors d’un sondage de l’Ordre des CRHA du Québec réalisé en 2015, il a été révélé que plus d’un Québécois sur dix (1/10) ne prévoient pas prendre de vacances estivales. La longueur des vacances diminue également : elle est passée de 2,3 semaines en 2013 à 2 en 2015. Deux travailleurs sur cinq (2/5) prennent leurs courriels à distance. Résultat : 18% reviennent plus stressés qu’avant leur départ. On est loin de l’objectif !

seaport during daytime
Photo by Pok Rie on Pexels.com

Ensuite, la grande question : la durée. Est-ce mieux de prendre un très long congé une fois par année ou plusieurs courts ? En fait, selon Alex Soojung-Kim Pang (voir référence), il serait préférable d’en prendre plusieurs courts.  On serait porté à croire que le niveau de bonheur suit un constant crescendo de feux d’artifices tout au long de l’absence, dont l’apothéose prend brusquement fin le premier lundi. Et bien non ! Ce niveau monte au début des vacances et plafonne ensuite autour du 8e jour. Par contre, l’effet vacances, où on est plus heureux, plus motivé, plus productif, plus créatif, se prolonge bien après le retour, jusqu’à 4 semaines. La posologie est donc de répéter l’expérience souvent.

Finalement, de bonnes vacances réellement rechargeantes contiennent 4 ingrédients :

  1. La relaxation: la plus évidente. Faire une activité plaisante et absolument non demandante est un élément essentiel.
  2. Le contrôle: on définit le contrôle comme le pouvoir de décider de ce qu’on fait durant nos vacances. Il faut avoir un réel contrôle sur ce qu’on fait dans nos vacances. Ce ne doit pas être un enchainement d’obligations familiales et de corvées.
  3. Une «expérience de maîtrise»: faire une activité prenante que l’on aime et qu’on maîtrise. Donc, exercez un hobby et relevez des défis. Allez la monter, cette montagne que vous lorgnez depuis 2 ans. Ce défi vous aidera à décrocher et vous absorbera. Ce faisant, vous augmenterez votre confiance en vous. Les gens ayant plus de confiance en eux sont plus performants au travail.
  4. Être détaché du travail: bien sûr, déconnectez-vous ! Pas de prise de courriels, pas de saut au bureau, rien, niet. Faites-vous oublier ! N’y pensez pas et vivez le moment présent.

Dans les raisons mentionnées afin de rester connecté au travail, nous retrouvons:

61% – L’intérêt personnel

27% – L’impossibilité de déléguer

14% – La culture d’entreprise

9% – La pression du supérieur immédiat

Il s’agit donc d’un choix conscient et non nécessaire, la majorité du temps.

Source : Sondage CROP-CRHA, 2015

Le mot de la fin

Employeurs, que faire ? Assurez-vous que tous vos employés prennent leurs vacances. Assurez-vous que votre culture d’entreprise et la charge de travail de tous permettent d’en prendre. N’encouragez pas la prise de courriel à distance et… montrez l’exemple ! Vous n’êtes utile à personne si vous êtes au bord du précipice vous-même. Mettez en place une politique encadrant la prise des vacances, ce qui rendra le tout plus clair pour tous.

Employés, que fait-on ? On prend nos vacances, si possible de façon fractionnée. Une autre leçon à tirer est l’importance de planifier avant, que ce soit le travail ou ce que vous y ferez. Vous pourrez ainsi relaxer, mieux décrocher et recharger vos batteries. Le retour et le repos n’en seront que meilleurs, vous aidant ainsi à mieux travailler !

 

Mon nom est Marie-Eve Champagne, je suis spécialiste en Santé Sécurité Mieux-Etre au travail et j’aide les gens à mieux travailler depuis près de 12 ans.

 

Sources et pour en savoir plus :

PANG, Alex Soojung-Kim, 20 décembre 2016, «The secrets to a truly restorative vacation», WE humans, <https://ideas.ted.com/the-secrets-to-a-truly-restorative-vacation/?utm_campaign=social&utm_medium=referral&utm_source=facebook.com&utm_content=ideas-blog&utm_term=social-science>

PANG, Alex Soojung-Kim, 2016, Rest: Why You Get More Done When You Work Less, Basic Books, 319 p.

ORDRE DES CRHA DU QUÉBEC, 2015, «Moins de vacances pour les Québécois, doit-on s’inquiéter?» Sondage Crop-CRHA, <https://ordrecrha.org/salle-de-presse/communiques-de-presse/2015/moins-de-vacances-pour-les-quebecois-doiton-s-inquieter>

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.