15 000$ – c’est à ce montant qu’est estimé le règlement d’une plainte pour harcèlement psychologique à la CNESST.

Plusieurs mois – le délai estimé pour régler une plainte.

Au final, on établit s’il s’agit de harcèlement ou non. On a rien gagné de plus que ça: la situation n’est pas pour autant réglée.

alone man person sadness
Photo de Pixabay sur Pexels.com

Brian s’affaire à déplacer une palette. Son superviseur arrive en trombe, lui crie après qu’il ne comprend jamais rien et qu’il n’écoute pas, c’est dans l’entrepôt qu’il faut la mettre. C’est la troisième fois qu’il se fait engueuler cette semaine… il a cessé de compter le nombre de fois depuis le début de l’année, il y en a trop.

Amine est en colère. Il vient d’apprendre que Rebecca répand des rumeurs à son sujet, en rapportant toutes ses erreurs aux autres collègues. Elle amplifie ou déforme les faits, mais tous la croient. Il se sent mis de côté.

Julie a repoussé les avances de son patron au party de Noël. Depuis, il fait preuve de froideur à son égard et la traite comme si elle était stupide. Il lui donne des dossiers urgents à régler pour le lendemain, puis ne les traite pas avant plusieurs jours. Elle pleure dans son auto le matin, avant de rentrer au travail.

Qu’on en commun toutes ces situations ? Ce sont des manifestations de harcèlement psychologique ou sexuel, à différents degrés.

Pour vous donner une idée des proportions, l’EQCOTESST a démontré que, dans les 12 mois précédant l’enquête, 14,8% de la population étudiée a subi du harcèlement psychologique à son emploi principal, 2,5%, du harcèlement sexuel et 1,9% a été l’objet de violence physique.

Le harcèlement – immatériel mais dommageable

  • Devoir réorganiser un département afin que deux employés ne soient plus en contact;
  • Avoir à congédier un cadre vedette aux comportements déplacés;
  • Passer des heures en enquête afin de rétablir les faits;
  • Gérer les plaintes et recours légaux;
  • Refaire le processus de recrutement sans arrêt car le taux de roulement dans un département est affolant;
  • Reformer souvent de nouveaux employés;
  • Devoir composer avec un absentéisme constant;
  • Constater des coûts d’assurances collectives qui explosent;
  • Une performance et une productivité qui prennent le large;
  • Et j’en passe !

Sans parler de la souffrance vécue par les travailleurs et des séquelles qu’ils subissent: détresse psychologique, augmentation de la prise de psychotropes, symptômes dépressifs et même parfois, des symptômes physiques.

Et des coûts CNESST aussi…

Sachez qu’une réclamation pour lésion psychologique peut également être déposée à la CNESST, en accident de travail ou en maladie professionnelle, occasionnant ainsi des coûts supplémentaires au dossier de l’employeur.

Dans de rares cas, des limitations fonctionnelles psychologiques peuvent être reconnues : des ajustements au travail de l’employé pourraient devoir être faits.

Des séquelles physiques peuvent se mettre également de la partie. À titre d’exemple, chez les femmes, il y a davantage de troubles musculo-squelettiques (TMS) au cou chez celles qui sont exposées au harcèlement psychologique (16,1% vs 9,1%), La situation se répète pour les TMS au dos (17,9% chez les femmes exposées au harcèlement vs 10% chez les femmes non exposées au harcèlement).

Prévenir le harcèlement, une obligation morale mais aussi légale

L’employeur a le devoir en vertu de la Loi sur la Santé et Sécurité au travail de maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire, tant au niveau physique que psychologique.

De plus, la Loi sur les Normes du Travail indique dans l’article 81,19 que tout salarié a droit à un milieu de travail exempt de harcèlement psychologique. L’employeur doit prendre les moyens raisonnables pour prévenir le harcèlement psychologique et le faire cesser lorsque cela est porté à sa connaissance.

La meilleure option : la prévention

Des actions de prévention en amont auraient permis de sauver temps, argent et énergie, en plus de maintenir un milieu de travail sain et sécuritaire au point de vue psychologique.

Gestionnaires, quoi faire ?

  • Depuis le 1er janvier 2019, il est obligatoire pour toutes les entreprises d’avoir une politique contre le harcèlement psychologique. Cette politique doit énoncer les comportements attendus ainsi que la manière de dénoncer et de résoudre les situations constituant ou pouvant constituer du harcèlement;
  • Formez vos gestionnaires: de mauvais comportements de gestion ne sont pas toujours du harcèlement, mais ils mettent vos travailleurs à rude épreuve. Il importe d’outiller vos gens à donner le meilleur d’eux-mêmes en toute situation;
  • Communiquez, communiquez, communiquez : c’est en se parlant qu’on se comprend. La recette est ancienne mais incontournable;
  • Brisez le silence: les harceleurs sont des personnes qui ont obtenu des gains, quels qu’ils soient, en agissant de la sorte une fois et personne n’a rien dit. Ils le répéteront de nouveau. Braquez la lumière sur les comportements de harcèlement et énoncez clairement qu’ils ne seront jamais tolérés;
  • Montrez l’exemple : soyez vous-même un modèle de civilité et de respect. Élever la voix n’a pas sa place sur un milieu de travail. Et pourtant, vous seriez surpris du nombre de fois où c’est la réponse obtenue quand la question «qu’est-ce qu’un bon patron pour vous ?» est posée en entrevue.
  • Réglez les conflits rapidement. Accueillez les émotions. Rétablissez le dialogue. Les confusions, les frustrations et les non-dits dégénèrent rapidement en ressentiments ou en conflits ouverts. Vous pourrirez rapidement l’ambiance de travail en laissant les choses traîner en longueur;
  • Encouragez la sécurité psychologique dans votre milieu de travail. Les gens dénonceront s’ils ne sont pas sur un siège éjectable et s’ils sentent que leur point de vue a de la valeur;
  • En cas de plainte, optez d’abord pour la médiation par une personne compétente afin de rétablir la communication et régler définitivement la situation, car tout le monde devra continuer à travailler ensemble par la suite.  Cela n’empêche pas de porter plainte si la médiation échoue.
woman in gray formal coat sitting near black full glass panel window
Photo de Christina Morillo sur Pexels.com

Employés, que faire ?

  • Le respect à tout moment, envers les collègues, envers les sous-traitants, contractuels, fournisseurs, clients, etc. Soyez courtois, polis et ouverts en tout temps;
  • Dénoncez les comportements inacceptables et encouragez vos collègues à faire de même;
  • Il n’est pas nécessaire de porter plainte afin de faire cesser des comportements destructeurs. Soyez vigilant et prônez la communication en tout temps;
  • Allez chercher de l’aide, auprès d’une personne en qui vous avez confiance, votre département des ressources humaines, votre syndicat, votre programme d’aide aux employés, si vous perdez pied.

Nous avons vu à l’ère du #METOO que porter plainte demande un grand courage. Il vous en faudra tout autant pour apporter les changements requis afin d’éradiquer le harcèlement en milieu de travail. Vos meilleurs atouts seront la bienveillance, le respect et surtout, la communication.

Car ignorer le harcèlement coûtera bien plus cher que d’agir.

 

Mon nom est Marie-Eve Champagne, je suis spécialiste en Santé Sécurité Mieux-Etre au travail et j’aide les gens à mieux travailler depuis près de 12 ans.

 

Références:

VÉZINA, M. et coll, ‘’R-691 – Enquête québécoise sur des conditions de travail, d’emploi et de santé et de sécurité au travail (EQCOTESST)’’, Québec, IRSST, 2011, http://www.irsst.qc.ca/publications-et-outils/publication/i/100592/n/enquete-quebecoise-conditions-travail-emploi-sst-eqcotesst-r-691/redirected/1

Desrosiers, Monique. «La prévention en matière de harcèlement psychologique — une approche gagnante». SOQUIJ, L’Express Travail, vol. 1, 19 février 2010 [en ligne].

LABELLE, Ghislaine, ‘’Agir comme médiateur pour rétablir la paix au travail’’, Carte Blanche, 6 novembre 2014, 178 p.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.